Les jeunes chercheurs du CEG du Lac et l’accès au numérique dans leur établissement.

Le 21 mai 2019, les 15 élèves du club jeune IRD du CEG du Lac ont restitué à l’Institut Français du Bénin à Cotonou leur travail de recherche sur l’amélioration de l’accès au numérique dans les villes africaines.

Dans le cadre de sa stratégie en direction des jeunes de 12 à 25 ans, l’IRD propose à des groupes de jeunes d’être initiés à la démarche scientifique en dialoguant avec des scientifiques. Ces interactions entre spécialistes et élèves sont organisées au sein d’établissements scolaires à travers des clubs de sciences, sur des thématiques liées aux défis des Objectifs de Développement Durable (ODD). Au cours de cette année 2018-2019, 5 clubs jeunes ont été organisés à Cotonou, et pour la première fois au CEG du Lac, au nord de la ville. Présent dans le quartier depuis 2016, l’IRD y mène de nombreuses recherches, notamment sur la construction urbaine et l’accès aux infrastructures de base dans un quartier précaire, dont les infrastructures électriques et numériques.

Encadrés par Martin LOZIVIT, géographe, chargé de coopération technique à l’IRD, les 15 jeunes apprenants du CEG du Lac ont souhaité travailler à l’amélioration de l’accès au numérique dans leur quartier, afin de contribuer au développement urbain de Cotonou, dans le cadre de l’ODD 11 Villes et communautés durables. Il s’est agi ici, entre janvier et mai 2019, d’initier les élèves à une méthodologie de recherche en SHS afin de documenter l’état de fracture numérique existante au sein même du CEG, et de trouver des solutions simples, à moindre coût, pour améliorer la situation.

Après une première phase de documentation et de clarification des termes du sujet, ils sont allés rencontrer plusieurs acteurs du numérique à Cotonou. D’une part, ils ont visité les installations de l’entreprise ISOCEL TELECOM, leadeur sur le marché de la fibre optique et de l’accès internet haut-débit au Bénin. Datacenter, salle de commandes, antennes et paraboles sur les toits de la ville, cette visite leur a permis de se représenter les infrastructures et ressources nécessaires pour diffuser l’internet à la population, mais aussi tout le circuit des informations qui se cachent derrière une simple recherche en ligne.

Ils ont ensuite rencontré Franco AIHONNOU, fondateur d’IROKO Lab, et Médard AGBAYAZON, fondateur du BloLAB, deux laboratoires d’innovation numérique de Cotonou. Ces structures ont pour objectif de démocratiser l’accès au numérique et l’innovation pour les populations qui en sont éloignées, afin de contribuer par l’innovation frugale, l’éducation et l’implication citoyenne au développement de leur quartier. Ils ont ainsi été initiés à l’impression 3D, à l’esprit makers et Do it Yourself, et à certaines solutions libres et opensource permettant un meilleur accès aux outils numériques.

Après ce tour d’horizon des acteurs du numérique, ils ont ensuite construit un questionnaire afin de mieux comprendre la fracture numérique existante au sein même du CEG du Lac. Il apparait ainsi, sur les 95 personnes enquêtées, que la moitié n’a jamais touché un ordinateur de leur vie, et 75% ne sait pas ou très peu l’utiliser. Trop cher à l’achat, ils vont également peu au cybercafé ou dans les lieux publics pour se connecter. Ces jeunes se connectent uniquement via leur téléphone sur des applications de messagerie instantanée, en payant des coûts forfaitaires aux opérateurs mobiles. Cependant, seuls 25% ont des smartphones, ce qui limite la recherche documentaire ou l’acquisition de connaissances via les MOOC par exemple. Par ailleurs, le CEG est équipé de plusieurs ordinateurs réunis dans la salle informatique, auquel les élèves n’ont pas accès. Cette salle est accessible uniquement par les enseignants. Plusieurs postes sont par ailleurs en panne et ne fonctionnent pas.

En définitif, la réduction de la fracture numérique au sein du CEG nécessite selon les élèves la mise en place des modules d’initiation et de formation au numérique pour les élèves et les professeurs du CEG, et de mettre une organisation en place pour permettre l’accès à la salle informatique. Ces mesures vont par ailleurs dans le sens des objectifs de l’Agence pour le Développement du Numérique du Bénin prévoyant la généralisation de l’usage du Numérique dans le secteur de l’éducation dans les années à venir.

Suite à ce travail, les élèves ont été initiés les 15 et 18 mai 2019 à la construction de jerry, des ordinateurs construits à partir de composants recyclés et assemblés dans des bidons plastiques. Cela constitue une solution à moindre coût pour accéder à l’outil informatique en Afrique, tout en luttant contre l’accumulation des déchets informatiques venus de l’occident. Encadrés par le BloLab, un laboratoire d’innovation numérique partenaire de l’IRD, ils sont aujourd’hui à même de reconnaitre les composants d’une unité centrale, de les tester, et de les assembler. Certains ont même pu installer les systèmes d’exploitation libres (Emmabuntu, Ubuntu…) remplaçant ainsi le système Windows, payant et trop gourmand en énergie pour des machines souvent anciennes.

Ce projet et les solutions proposées ont enfin été présentés le 21 mai 2019 à l’Institut Français du Bénin à Cotonou, mis en scène lors d’un sketch dynamique acclamé par les spectateurs, devant l’ensemble des apprenants des clubs jeunes IRD de cette année 2018-2019.

Un grand merci à Mariano, Tamar, Bernadette, Pascal, Alain, Roméo, Guénorine, David, Osias, Absinthe, Lucresse, Espéra Dieu M’aime, Chérifatou, Herman et Orphérie, les jeunes chercheurs en éveil du CEG du Lac.

Rendez-vous l’année prochaine.

 

Crédits photos : Martin LOZIVIT, IRD