Des éoliennes Low-Tech pour l’autonomie énergétique de Ganvié ?

Les 31 mai et 01 juin 2019 s’est déroulé à Ganvié un atelier participatif de construction d’éoliennes low-tech à destination des jeunes de la cité lacustre. Animé par le BloLab et coordonné par l’IRD Bénin, il s’agissait de tester une technologie à moindre coût pouvant répondre aux besoins de base des populations pour améliorer l’accès à l’électricité.

Au sud Bénin sur les rives du Lac Nokoué, la cité lacustre de Ganvié, 35.000 habitants, la « Venise de l’Afrique de l’Ouest », est aujourd’hui une destination touristique phare que souhaite développer l’Exécutif Béninois. Le projet « Réinventer la Cité Lacustre de Ganvié » prévoie ainsi la valorisation touristique du site, mais également l’amélioration du cadre de vie des habitants, qui manquent pour l’instant d’infrastructures de base (eau, électricité…). Il est notamment prévu dès 2020 de raccorder le village au réseau électrique de la SBEE par voie aérienne, mais cela pose un problème de sécurité des habitants (courts-circuits et eau), en termes de paysage (classement de Ganvié au patrimoine mondial de l’UNESCO) et de budget pour la population. Un compteur électrique coûte en effet 100.000 FCFA à l’installation, sans compter le coût forfaitaire de consommation par la suite. Le revenu mensuel est de 40.000 FCFA (AIM, 2018), et le taux de chômage élevé pour les jeunes Ganviénu. Pourtant, l’accès à électricité est l’une des priorités de la population (AIM, 2018) et pourrait favoriser le développement d’activités génératrices de revenus ou encore les études des élèves.

L’IRD et le Laboratoire d’Innovation BloLab se sont associés pour tester la pertinence de l’utilisation d’éoliennes Low-Tech construites à partir de composants recyclés afin de favoriser l’accès à l’électricité de manière durable et à moindre coût aux villages lacustres du Sud-Bénin. En effet même à faible puissance,ce type d’éoliennes peut être utilisée pour des applications locales : charger un téléphone, allumer des LED... Ce projet promeut enfin l’esprit makers et le Do It Yourself pour répondre à certains besoins de base, de même que la démocratisation de la technologie pour des populations qui en sont pour l’instant éloignées. Nous nous sommes enfin appuyés sur le tutoriel des éoliennes proposé par le LowTechLab, un collectif français souhaitant démocratiser l’utilisation d’innovations techniques simples, accessibles et durables à travers le monde, et qui diffuse sur internet des tutoriels gratuits et détaillés.

Après plusieurs semaines de prototypage, de test du matériel, des composants, et de formation des formateurs, deux jours d’ateliers ont été organisés au centre de santé de Ganvié 2, en partenariat avec les Associations de Jeunes et les autorités du village. Animés par Guillaume, Francie, Fidèle et Edmond, formateurs au BloLab, ils ont réuni une vingtaine de participants, la plupart étudiants à l’Université d’Abomey-Calavi et impliqués dans leur communauté. L’objectif, également pédagogique, doit permettre la transmission de savoirs simples pour inciter les jeunes à bidouiller, bricoler et innover eux-mêmes pour répondre à leurs besoins immédiats.

Après une présentation du projet, les participants se sont regroupés autour d’une table pour découvrir les étapes de fabrication qu’ils vont suivre. La première étape consiste à façonner les pâles de l’éolienne. Découpées dans un tuyau PVC à l’aide d’une scie, on leur donne ensuite leur forme avec du papier de verre, ponçant le côté fuite pour améliorer l’hydrodynamie. Les 4 pâles sont ensuite fixées sur une pièce en bois, elle-même fixée sur une plaque en fer reliée à l’axe du moteur pas-à-pas. Le rotor entraine ainsi le moteur grâce à l’énergie éolienne.

La seconde étape consiste à créer le circuit électrique qui va transformer le courant électrique alternatif produit par le moteur, le transformer en courant continu nécessaire pour charger des appareils électriques, et l’acheminer jusqu’à une sortie (USB, multiprise…). Pour transformer du courant alternatif en courant continu on utilise deux redresseurs : ils « redressent » la tension à la sortie du moteur. De plus, l’énergie fournie par l’éolienne n’est pas constante car la vitesse du vent varie en permanence. Il faut donc stocker provisoirement la surcharge afin de pouvoir la redistribuer de façon constante. On utilise pour cela un condensateur. Enfin, on place un régulateur de tension pour récupérer un courant 5V (ou 12V) en sortie.

L’intérêt des participants est palpable, leurs questions précises. « Existe-t-il une formule pour définir la longueur et la largeur des pales selon la puissance que l’on souhaite ? » demande un étudiant en physique. « Si le courant qui sort de l’éolienne est alternatif, comment fait-on pour avoir du courant continu ? » questionne un autre pendant les explications sur le circuit électrique. Pas à pas, les formateurs répondent, expliquent, montrent et corrigent les gestes, qui deviennent de plus en plus précis. Les jeunes découpent, poncent, vissent les pales, branchent les composants électriques et assemblent le tout sur les pièces de bois. 4 éoliennes sont ainsi construites au cours des deux jours d’atelier, puis testées sur l’eau. Quand le vent fait tourner le rotor pour la première fois, la joie est là. Quand l’indicateur de charge du smartphone se met à clignoter, c’est l’ovation. Ça marche ! « Je suis très fier d’avoir construit une éolienne. J’espère pouvoir l’apprendre aux autres jeunes de Ganvié » conclue Omer Mahutin, responsable d’une association de jeunes Ganviénu, à la fin de l’atelier. A côté, le Chef Village observe, et acquiesce. « Il faut des projets comme ça pour les jeunes à Ganvié. Il faut tout faire pour le développement de notre village » ajoute-t-il.

Cependant, même si Ganvié est une cité lacustre, la puissance du vent peut y être très variable, passant de fortes rafales à faible brise très rapidement. Cela rend difficile l’utilisation des éoliennes pour charger un téléphone, puisque cela nécessite près de 5h de vent suffisamment fort pour fournir l’énergie souhaitée. D’autres systèmes pourraient ainsi être testés, notamment le système perpétuel obtenu avec un ventilateur d’ordinateur récupéré, des pièces de métal, et des aimants, le tout fonctionnant sans vent et à tout moment.

Un autre projet low-tech, qui peut en amener bien d’autres…

Ressources :

Le reportage d’RFI sur l’atelier Eolienne LowTech à Ganvié. (c) Delphine Bousquet, RFI

Le tutoriel de l’éolienne LowTech : site du LowTechLab

Le tutoriel en vidéo : L’éolienne pas-à-pas. (c) LowTech Lab

Magazine SOCIALTER : Hors-série spécial LowTech, mai 2019

Récupération et LowTech, conférence de Quentin Mateus, avril 2019.

Philippe BIHOUIX, 2014. L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable.

Le projet MAP & JERRY, IRD, 2018.