Journées d’études sur l’appréhension des espaces publics à Porto-Novo

Du 18 au 21 septembre 2017 se sont déroulées les journées d’études Appréhender l’espace public dans le sud Bénin : apport des outils et méthodes de description spatiale à l’Ecole du Patrimoine Africain de Porto-Novo. Organisé par Sarah TASSI et Quentin NICOLAI, doctorants à la Faculté d’Architecture de l’Université libre de Bruxelles, avec l’appui du Fond national de la recherche scientifique, cet évènement a réuni pendant quatre jours une vingtaine de professionnels utilisant la description spatiale comme outil de connaissance et/ou d’action au sud-Bénin, dans des contextes divers : urbain, rural, naturel, souterrain, présent, passé, futur…

S’enrichir mutuellement

Pendant quatre jours, chaque participant (architectes, géographes, cartographes, géomètres, anthropologues, archéologues, artiste-peintres ou encore vidéastes et photographes),  a pu partager et confronter ses instruments de travail, ses outils et ses pratiques de l’espace public à celles des autres corps de métiers représentés.

Pour les organisateurs, “ces approches abordent différentes questions de rapport au terrain. Que décrire ? Quand ? Par où commencer ? Quel(s) cadrage(s), quelle(s) échelle(s) ou quelle(s) distance(s) choisir ? Quels outils ? Nous pensons que la confrontation des pratiques très diverses est une opportunité pour les participants d’enrichir leurs manières de faire et d’apporter des réponses plus pertinentes aux questions de l’aménagement des espaces publics en ville, particulièrement ici au Sud-Bénin.

Atelier pratique sur la Place de la Radio de Porto-Novo.

Après une première journée d’échanges, chaque participant a de manière individuelle mis à l’épreuve ses instruments et outils dans la description d’un espace public proche de l’EPA, la Place TE HLIN AHO, communément appelée « Radio xo kon » ( « près de la maison de la radio »). Située dans le quartier de Ouelinda à Porto-Novo, cette place est notamment connue pour avoir accueilli la Voix de la Révolution, la radio officielle de la République Populaire du Bénin émettant depuis Cotonou sur tout le territoire pendant la période Révolutionnaire (1975 – 1990).

Deux jours durant les personnes présentes ont investi les lieux, d’une part de manière individuelle puis de manière collective pour comparer les travaux de description. Ainsi, tandis que les archéologues creusaient leur carré de fouille, les anthropologues et géographes sont allés rencontrés les habitants et les responsables du quartier afin de retracer l’histoire du lieu, en se questionnant sur les raisons de l’installation de la radio à cet endroit, sur l’origine du nom de la place, ou encore sur les usages actuels présents dans cet espace. L’écrivain, lui, s’est installé à l’ombre d’un Rogné pour décrire l’espace d’une plume experte.

Lorsque, après quelques détours dans les ruelles sablonneuses de Houlinda, nous avions franchi vers 16h30 l’entrée de « Radio Xo con » (la Maison de la Radio), les oiseaux avaient, de leurs pépiements gais, versé de l’eau fraîche à nos pieds. Le rônier, majestueusement planté sur ses trois décennies d’âge, nous avait souri, de ce sourire café au lait, mélange de joie et de surprise, d’enthousiasme juvénile et de crainte sénile. Ses longs bras, lisses et rugueux par endroits, balayèrent l’espace devant nous, en un geste gracieux d’hôtesse préposée à l’accueil, comme si l’Arbre nous autorisait à risquer nos pas vers ce gazon d’herbes sauvages envahies par des sachets plastiques, vers cette dizaine de bancs à l’air maussade et vers ce petit hall dallé et édenté dont la peinture jaune, livrée depuis une trentaine d’années aux intempéries, perdait son identité.” Fernand NOUWLIGBETO, écrivain.

De son côté, l’urbaniste s’est attaché à étudier l’accessibilité de la place publique au sein de la ville, aidé dans la mise en forme des résultats par les compétences des cartographes. Dans la rue, le géomètre mesurait les dimensions de l’espace, immortalisé dans son travail par le photographe. Les architectes, eux, observaient avec attention l’état de conservation du bâti, en particulier celui du “petit hall dallé” ayant accueilli le récepteur radio au milieu de la place. Derrière ce bâtiment, un friche gagnée par les herbes folles était le terrain de jeu de l’agronome, mais aussi du vidéaste illustrant l’état d’abandon du site.

“Difficile de faire abstraction des participants, dès que je lève la tête, me retourne ils y en a un… nous sommes partout”  Graziella VELLA, anthropologue.

Un autre regard sur sa propre pratique.

De retour à l’Ecole du Patrimoine Africain, les participants ont confronté leurs expériences du terrain et leurs questionnements, donnant lieu à des discussions animées autour de la question suivante : “Quels apports présentent pour chacun d’entre nous les descriptions, perceptions et représentations de l’espace  des autres ?

Ces journées d’études ont ainsi permis à chacun de découvrir les pratiques et les outils d’autres professionnels et d’enrichir son propre travail. Ce fût notamment l’occasion d’illustrer leur complémentarité, l’archéologue allant par exemple chercher les preuves matérielles de l’histoire de l’espace, confrontant ainsi les souvenirs des habitants collectées par les géographes ou anthropologues. Ce fût enfin le moment de prendre du recul sur sa propre manière de voir, de faire et d’analyser les choses. “Est-ce qu’on ne voit que ce à quoi on est déjà sensible ?” se questionne ainsi Graziella VELLA. Cette question fait écho au diagnostic à l’origine de la création de ces journées d’étude par Quentin NICOLAI.

“Nous avons pris conscience que nos outils de description ne sont pas neutres, qu’ils ne viennent pas de nulle part, qui influencent ce qui est décrit. Par exemple : le choix du cadrage, de se focaliser sur une chose plutôt qu’une autre, les conventions adoptées, …”

Dépasser son propre regard, découvrir les pratiques et les outils d’autres professionnels et prendre en compte leurs regards, c’est enrichir son propre travail. Cette conclusion est le propre des confrontations interdisciplinaires aujourd’hui promues dans les projets de recherche scientifiques. C’est également pour Edgar Morin, une manière de travailler essentielle si l’on veut mettre fin au « découpage des disciplines qui rend incapable de saisir “ce qui est tissé ensemble” (1), et ainsi rendre compte de la complexité de la question des espaces publics dans les villes d’Afrique de l’Ouest.

 

Participants : Victoire Adegbidi, Marjoua Barpougouni, Victor Brunfaut, Lamatou Daouda, Donald Fanou, Serge Hounzinme, Prince Kpadenou, Constant Legonou, Judith le Maire, Moustapha Liadi, Kem Nounagnon, Fernand Nouwligbeto, Elie Padonou, Elon-m Tossou, Graziella Vella, Amandine Yehouetome, Achille Zohoun

(1) Morin Edgar (1999a) : La tête bien faite. Repenser la réforme, réformer la pensée. Paris : Seuil.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Martin Lozivit (30 septembre 2017). Journées d’études sur l’appréhension des espaces publics à Porto-Novo. URBACOT. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v30y


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search