URBACOT : Observatoire des dynamiques urbaines côtières en Afrique de l’Ouest

Le projet URBACOT « Observatoire des dynamiques Urbaines Côtières en Afrique de l’Ouest », porté par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD Bénin). Associant l’Université d’Abomey-Calavi, il vise à développer les recherches urbaines dans la zone côtière ouest-africaine. 

URBACOT (acronyme d’Urbanisation Côtière et Urbanisation de Cotonou) interroge les effets croisés de la métropolisation, des changements environnementaux globaux et des inégalités sociales sur un milieu fragile : le cordon littoral. Il propose de faire de l’agglomération de Cotonou, inscrite sur une zone littorale, lacustre et lagunaire, un lieu privilégié d’observation des effets de l’urbanisation dans ce milieu particulièrement vulnérable. La conurbation de Cotonou englobe en effet les communes de Calavi, Sémé Kpodji, Ouidah et Porto-Novo, soit plus de 2,5 millions d’habitants. Elle est intégrée à un plus vaste espace littoral : le corridor urbain qui s’étend sur 1000 km d’Abidjan à Lagos, en passant par Accra, Lomé et Cotonou, compte aujourd’hui 40 millions d’habitants, soit la plus grande concentration urbaine d’Afrique.

Alors que les enjeux urbains vont croissant, on ne peut que constater l’insuffisance de la recherche portant sur ces questions désormais cruciales pour l’Afrique de l’Ouest. Au Bénin, la recherche urbaine demeure peu développée alors même que la demande sociale et politique est forte : les décideurs comme les bailleurs de fonds ont fait des interventions en milieu urbain une priorité pour ces prochaines années. Pour améliorer ces connaissances, URBACOT s’intéresse :

(1) aux effets de la métropolisation qui remet en cause les cadres classiques de la gouvernance urbaine et se traduit par des problèmes en matière d’aménagement (absence de planification, mauvaise desserte en transport, étalement urbain, urbanisation dans des zones impropres)

(2) aux enjeux environnementaux de cette zone côtière fragile et en tension soumis à de fortes pressions anthropiques et à des risques (inondations, érosion côtière…)

(3) à l’accroissement des inégalités, qui est lié à la difficulté à accéder aux services essentiels, eux-mêmes défaillants (manque d’eau, électricité, éducation, déchets…) et une pauvreté urbaine source de trouble et d’instabilité.

A travers la production de données, la valorisation et la formation sur ces enjeux urbains, URBACOT se propose de produire un cadre de réflexion scientifique et pluridisciplinaire favorisant une gestion territoriale et urbaine concertée et durable dans la région littorale ouest-africaine. Pour cela, URBACOT s’articule autour de 4 axes :

  • Recherche : Collecter, produire et analyser des données afin de mieux comprendre les changements urbains récents, les problèmes soulevés et les besoins futurs de cette zone littorale.
  • Formation : Former aux questions urbaines et à l’aménagement les étudiants mais aussi des élus, administrateurs, agents des collectivités en participant à la création de nouvelles formations diplômantes.
  • Valorisation : Renforcer et rendre visibles les recherches urbaines au Bénin et dans la sous-région en valorisant les compétences universitaires existantes et en mettant en réseau les chercheurs de l’Université d’Abomey-Calavi avec les autres collègues nationaux, mais aussi ceux des pays voisins (Togo, Ghana, Nigéria, Niger…) dont les villes connaissent des problèmes similaires afin d’apporter des solutions collectives et transnationales.

L’observatoire urbain est coordonné par Armelle CHOPLIN, Géographe et Urbaniste, Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne la Vallée et à l’Ecole d’Urbanisme de Paris. Elle est chargée de recherche, affectée à l’IRD Bénin et à l’Université d’Abomey Calavi, au département de géographie de la FLASH, depuis Juillet 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.