MAP & JERRY, la carte de Ladji est en ligne !

Les participants ont reçu une attestation de formation pour leur formation à la cartographie participative. M.LOZIVIT, 2018

Le 23 mars 2018 s’est clôturée la seconde phase du projet MAP&JERRY : l’atelier « Cartographie participative ». 36 participants âgés de 18 à 55 ans y ont participé, encadrés par Sam AGBADONOU, président de l’association OpenStreetMap Bénin, et ses collègues. Ils ont présenté ensemble les résultats obtenus, les chefs quartiers et élus de Ladji, Toweta et Djidje et les têtes couronnées de la zone d’Ahouansouri, ainsi que le représentant de l’IRD Bénin.

Cet atelier visait à former les jeunes du quartier au numérique et à l’utilisation de logiciels de cartographie afin qu’ils puissent détailler eux-mêmes la carte de Ladji. En effet sur Google Map ou le plan communal de la ville, Ladji est une grande zone blanche ou verte, vide et méconnue, non renseignée, alors même que c’est un quartier historique de Cotonou et aujourd’hui très dense. « L’administration s’est toujours occupée du centre et a oublié les périphéries proches de la lagune, estime Georges Gnonlonfoun, Chef Quartier de Ladji. Il n’y a pas d’eau potable partout, ni de courant. Avec cette carte, on pourra montrer aux autorités où placer des poteaux électriques ». Détailler la carte de la zone, c’est donner un coup de projecteur sur l’existant, c’est faire reconnaitre les infrastructures présentes, et identifier les manques. C’est aussi l’occasion d’identifier les problèmes des habitants avec eux, et de trouver des solutions adaptées de manière collective, notamment dans l’aménagement du territoire. Car, exister sur la carte, c’est exister dans la ville.

Au cours de la première semaine, les participants ont été formés aux logiciels et applications mobiles de cartographie (JOSM, OSMand, OSMTracker, Mapillary) afin de pouvoir dessiner des bâtiments, créer des points d’intérêts et comprendre comment se construit la carte et la base de données OpenStreetMap. Certaines personnes en difficulté devant l’outil numérique ont pu en parallèle suivre une formation d’initiation à l’informatique, de l’utilisation du clavier au traitement du texte.

Puis, la seconde semaine a été consacrée à la collecte de données GPS sur le terrain. Quatre groupes ont sillonné le quartier pour localiser l’ensemble des points d’intérêts de la zone, à l’aide de smartphones prêtés pour la formation, et des applications mobiles gratuites. L’application OSMand permet ainsi de localiser n’importe quel point sur une carte grâce au GPS interne du téléphone. L’utilisateur rempli les caractéristiques du point et l’envoi dans la base de données OSM où il sera vérifié et mis en ligne. Près de 200 points d’intérêts ont été répertoriés et nommés : coiffeurs, artisans, commerces, écoles, centres de santé, bornes fontaine, poteaux électriques… Des rues et des bâtiments ont également été ajoutés dans la base de données et sont aujourd’hui visible en ligne sur la carte d’OSM. A l’instar de google view, il est enfin possible pour les internautes de découvrir certaines rues de Ladji en images grâce à l’application Mapillary, images prises et mises en lignes gratuitement par les jeunes du quartier.

Résultats disponibles sur la carte OSM : https://www.openstreetmap.org/#map=16/6.3889/2.4285&layers=D

Par la suite, le processus participatif a été prolongé les 05 et 06 avril par un « atelier participatif de cartographie sensible ». L’objectif était d’aller au-delà de la collecte de données brutes et de faire appel aux perceptions et représentations des habitants sur leur quartier. Aussi, après avoir énuméré les aspects positifs et négatifs de Ladji, les participants ont complété, crayons et papier calque en main, la carte imprimée en grand pour l’occasion. Ils ont fait apparaitre sur le papier les lieux importants, quelques noms des rues, de zones, et ont localisé des points de repères utilisés par les habitants pour se repérer et s’orienter : la rue de l’ancien délégué, la maison du CQ, le puit « Dotokon »… Ils ont également débattu sur les impacts des projets d’aménagements futurs, et ont proposé leurs propres idées adaptées aux préoccupations collectives : l’aménagement d’un embarcadère et d’un ponton près du marché communautaire pour les promenades, la mobilité et le commerce, la valorisation touristique de la partie lacustre de Ladji, ou encore le besoin d’un centre numérique pour les jeunes.

La carte finale, basée sur l’existant, mais également sur les connaissances et les aspirations d’un échantillon d’habitants, doit maintenant être présentée aux responsables du quartier. Certaines questions restent ainsi encore en suspens, notamment celle des limites de Ladji. Enfin, cette carte servira de base pour les prochaines discussions sur l’aménagement de la zone, et la troisième et dernière phase du projet MAP & JERRY correspondant au suivi du circuit des ordures en temps réel dans le quartier.