Car Connection, la filière euro-africaine des véhicules d’occasion

Quelle est la vie des voitures une fois qu’elles sont revendues sur le marché de l’occasion ? Bien plus souvent qu’on ne le pense, ces véhicules en connaissent une seconde en partant pour l’Afrique.

Un important marché de la récupération s’est mis en place en Europe, au Japon et aux États-Unis repérant les véhicules les mieux adaptés au marché africain, les rassemblant sur différentes places marchandes, puis organisant leur transport vers les grands ports du continent africain. Cette activité commerciale reste peu connue, alors même qu’elle mobilise des réseaux complexes ancrés dans la diaspora, qu’elle implique un transfert important de capitaux de l’Afrique vers le monde occidental, et qu’elle organise la circulation de centaines de milliers de véhicules chaque année. Cet ouvrage vous invite à une plongée dans cet univers. Les différents ressorts de l’activité sont mis en évidence à partir de la filière : Bruxelles-Cotonou, l’une des plus importantes routes connectant l’Europe au Bénin.

Historiquement, ce pays a joué un rôle moteur dans la réexportation de marchandises à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest au point d’être considéré comme un véritable « État-entrepôt ». Cette situation a été d’autant plus renforcée grâce à la présence de son voisin, le Nigeria. Ces deux pays entretiennent des relations économiques complexes jouant à la fois sur la politique protectionniste du Nigeria et un relatif laissez-faire dans les échanges transfrontaliers. La Belgique, quant à elle, s’est progressivement positionnée comme la plaque tournante du commerce d’exportation de véhicules d’occasion en Europe. Cette position est certes due à la présence  du port d’Anvers, mais aussi à la transformation d’un quartier du centre de Bruxelles en un véritable marché géant de l’occasion centralisant des véhicules en provenance de toute l’Europe.

Cet ouvrage nous invite à suivre le trajet de ces voitures de l’Europe jusqu’à l’Afrique, et soulève de nombreuses interrogations en termes écologiques, économiques et politiques, donnant ainsi à voir une autre dimension de la mondialisation économique.

Date de publication : 18/12/2017

Disponible à la vente sur le site de Karthala.

Martin Rosenfeld est docteur en anthropologie sociale et ethnologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et en sciences politiques et sociales de l’Université Libre de Bruxelles. Après avoir travaillé deux ans au African Studies Centre de l’Université d’Oxford, il poursuit actuellement ses recherches sur le commerce transfrontalier et les économies de la récupération en tant que chargé de Recherches auprès du FNRS.