Mélanie RATEAU (Univ. Paris-Est), une thèse entre Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigéria).

Accès à l’électricité en toiles d’araignées à Ekpe, Sémé-Kpodji, Bénin. IRD, 2017

Doctorante en Géographie à l’Université Paris-Est, Mélanie RATEAU travaille depuis 2016 sur l’électrification des villes africaines. Menée au sein du Latts, sous la direction de Sylvy Jaglin (Latts) et le co-encadrement d’Armelle Choplin (Prodig – IRD), cette recherche doctorale s’intéresse aux relations dynamiques entre l’hétérogénéité des configurations de fourniture d’électricité et la fabrique urbaine avec une approche territorialisée des inégalités d’accès aux services énergétiques électriques. Une première entrée par les normes et le pouvoir et une seconde par la pratique et la technique guident ce travail qui s’inscrit dans une réflexion de géographie sociale sur l’accès aux services urbains et sur la fabrique urbaine. La méthodologie de collecte de données est actuellement déployée dans ce sens à Cotonou (Bénin) et à Ibadan (Nigéria) grâce à l’accueil de l’IRD au Bénin et de l’IFRA au Nigéria.

Hétérogénéité de l’électricité et de l’urbain, entre Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigéria)

La généralisation de l’accès à l’électricité en Afrique Subsaharienne est entravée par des problèmes d’infrastructures lacunaires et de pénurie d’énergie (Africa Progress Panel, 2015). Ces défaillances constituent un terreau favorable à l’émergence de pratiques illégales, informelles et alternatives. La part de la population ayant accès au réseau conventionnel y est de 30% en moyenne en 2012 (International Energy Agency, 2014), mais ce chiffre cache des différences entre les pays de cette Afrique plurielle. Par exemple, seulement 25,5% de la population a accès au réseau conventionnel au Bénin (Direction Générale de l’Énergie, 2017), contre 45% au Nigéria (Ley, Gaines et Ghatikar, 2015). Ces inégalités d’accès se retrouvent aux échelles nationales, entre zones urbaines et rurales, mais aussi au sein même des villes. La recherche doctorale de Mélanie Rateau se concentre sur ces échelles urbaines et porte sur les agglomérations de Cotonou au Bénin (en y incluant la commune péri-urbaine d’Abomey-Calavi) et d’Ìbàdàn au Nigéria (cf. Carte 1).

 

Les villes de Cotonou et d’Ìbàdàn sont deux grandes agglomérations d’Afrique de l’Ouest. La première est la capitale économique du Bénin, tandis que la seconde est la capitale de l’État d’Oyo au Nigéria. Sous l’administration coloniale, elles étaient toutes deux ségréguées. Cotonou était divisée entre une ville européenne aux lotissements résidentiels et des quartiers indigènes sous-équipés de caractère temporaire (Dossa Sotindjo, 2010 ; Dresh, 1992). Ìbàdàn était à l’origine la plus grande ville précoloniale subsaharienne. Sous l’administration coloniale, une ville ségréguée a fait son apparition en même temps que les britanniques construisaient une ville moderne et planifiée (Falola, 2012 ; Fourchard, 2003). Dans ce contexte, les deux agglomérations ont été peu à peu électrifiées. Aujourd’hui le secteur de l’électricité au Bénin reste centralisé, avec une compagnie nationale de distribution de l’électricité : la SBEE. Au Nigéria, une réforme de 2005 a entrepris la privatisation et la décentralisation du secteur. Le territoire national a été réparti entre onze entreprises de distribution d’électricité, dont l’IBEDC pour Ìbàdàn.

L’accès à l’électricité dans ces deux villes se confronte aux défaillances du réseau conventionnel. L’accès au réseau n’est toujours pas universel, surtout à Cotonou. Les délestages se font fréquents, notamment à Ìbàdàn. Et lorsque le réseau fonctionne, il délivre une électricité à la tension instable. Les ménages développent donc des stratégies variées d’accès à l’électricité. À Cotonou, il s’agit principalement d’extension informelle du réseau sous forme de toiles d’araignée. Ces dernières cachent une variété d’arrangements sociotechniques. À Ìbàdàn, le réseau revêt les caractéristiques de la privatisation informelle, notamment lorsque les agents de l’IBEDC se contentent de facturer les consommateurs sur estimation et laissent l’entretien du réseau de distribution à la charge des communautés dans certains quartiers. Même en ayant accès au réseau, les ménages d’Ìbàdàn restent dans le noir s’ils n’adoptent pas des dispositifs d’auto-électrification. Ils empilent ainsi plusieurs sources d’électricité, toutes contraignant différemment les usages.

Réparation de toiles d’araignées à Ekpe, Sémé-Kpodji, Bénin. IRD, 2017

La recherche en cours a permis d’identifier l’existence sur nos deux terrains d’une configuration de fourniture du service électrique sous forme d’un système composite (Jaglin, 2004) articulant réseau conventionnel et dispositifs alternatifs d’autoproduction, mais cette configuration n’y est pas identique. Entre Cotonou et Ìbàdàn, elle diffère et ce également à l’échelle des quartiers d’étude que sont Ladji, Haie-Vive, Fidjerosse et Ouédo côté béninois et Òjé, Mókólá et New-Bódìjà côté nigérian. Il y a donc une hétérogénéité dans les configurations de fourniture d’électricité (Lawhon et al., 2017).

Cette recherche doit se poursuivre jusqu’en 2019.

Présentation par Mélanie RATEAU.

Sources bibliographiques

AFRICA PROGRESS PANEL (2015) Power people planet seizing Africa’s energy and climate opportunities: Africa progress report 2015, Geneva, Africa Progress Panel.

DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ÉNERGIE (2017) Système d’information énergétique du Bénin – Rapport annuel 2015 et évolution 2010-2015, Ministère de l’Énergie de l’Eau et des Mines, République du Bénin.

DOSSA SOTINDJO S. (2010) Cotonou. L’explosion d’une capitale économique (1945-1985), L’Harmattan, (Études africaines), 336 p.

DRESH J. (1992) Villes d’Afrique Occidentale, in M. Roncayolo et T. Paquot (dir.), Villes et civilisation urbaine: XVIIIe-XXe siècle, Paris, Larousse (Textes essentiels), 610‑632.

FALOLA T. (2012) Ibadan: Foundation, Growth and Change, 1830-1960, Bookcraft, 1012 p.

FOURCHARD L. (2003) Ibadan, Nigeria, in The Challenge of Slums: global report on human settlements.

INTERNATIONAL ENERGY AGENCY (2014) World Energy Outlook 2014.

JAGLIN S. (2004) Les services d’eau urbains en Afrique subsaharienne: vers une ingénierie spatiale de la diversité?, in NAERUS Annual Conference, 17.

LAWHON M., NILSSON D., SILVER J., ERNSTSON H. et LWASA S. (2017) Thinking through heterogeneous infrastructure configurations, in Urban Studies, 1‑13.

LEY K., GAINES J. et GHATIKAR A. (2015) The Nigeria Energy Sector. An overview with a special emphasis on renewable energy, energy efficiency and rural electrification, Abuja, GIZ, NESP.