A.Choplin et O.Pliez présentent « La mondialisation des pauvres » à l’Université d’Abomey-Calavi.

Intervention d’A.Choplin et d’O.Pliez à l’UAC, 04 juin 2018. IRD, 2018.

Ce lundi 04 juin 2018, Armelle CHOPLIN (UMR PRODIG / IRD) et Olivier PLIEZ (UMR LISST / CNRS) sont venus présenter à l’Université d’Abomey-Calavi leur livre « La mondialisation des pauvres : loin de Wall-Street et de Davos » (Ed.Seuil) sorti en février dernier. Succès dans les librairies françaises, il s’agissait de faire profiter les étudiants et les collègues professeurs du département de Géographie de l’UAC de la présence conjointe des auteurs à Cotonou (Bénin) pour évoquer cette mondialisation par le bas qu’ils ont rencontré sur leurs terrains respectifs, de la Chine au Bénin, en passant par Dubaï, la France, le Nigéria ou la Libye. Armelle Choplin est en affectation au département de Géographie de l’Université d’Abomey-Calavi depuis 2016.

600 étudiants en 2eme et 3eme année de Licence de Géographie ont ainsi suivi les 2h00 d’intervention des chercheurs français sur ces échanges transnationaux qui se structurent et évoluent depuis une trentaine d’années. Ces nouvelles routes commerciales relient aujourd’hui la Chine, l’atelier du monde, à un « marché des pauvres » fort de quatre milliards de consommateurs, en Algérie, au Nigeria ou au Bénin.

Pour illustrer ses dires, Olivier Pliez prend l’exemple de ces chefs de familles Maghrébines qui, après le regroupement familial initié en France à la suite de la crise économique issue du choc pétrolier de 1973, se lancent dans les échanges transnationaux entre la France et le Maghreb, notamment dans le textile. Ces produits partent progressivement d’espaces de production moins coûteux : la Turquie dans les années 1990, puis les Émirats et aujourd’hui Bangkok ou Hong-Kong, pour être exportés vers les marchés d’Afrique tels Badagri au Nigéria ou Dantokpa au Bénin.

« Aujourd’hui, les commerçants du monde entier vont acheter leurs marchandises à Yiwu en Chine dans le plus grand marché de gros du monde. On peut tout trouver là-bas, il y a près de 100.000 boutiques […] » O.Pliez

Armelle Choplin interpelle par la suite les étudiants sur le circuit des fripes qu’ils peuvent acheter pour quelques centaines de Francs CFA à Missèbo. Ce petit business des secondes mains illustre l’opacité de certains circuits économiques. Les fripes, venues d’Europe ou des USA, sont données par les particuliers à des associations ou ONG par les plus démunis. Ces structures, telles Emmaüs, s’occupent alors du tri et de l’envoi des vêtements vers l’Afrique. Les vêtements seront ensuite vendus par balles à des grossistes, et séparées en balles plus petites pour les semi-grossistes puis pour les détaillants sur les marchés nationaux, pour être vendus à la pièce aux consommateurs.

« C’est un véritable business […] Au Nigéria on parle beaucoup de « How to make money importing used clothes ».  A.Choplin

Un amphithéâtre complet pour la présentation d’A.Choplin et O.Pliez. IRD, 2018

Les fripes mais aussi les mèches, les pagnes, plusieurs exemples de produits de consommation courante au Bénin ont servi à illustrer ces nouvelles « Routes de la soie ». Ainsi pour les comprendre, il faut se détacher d’une vision occidentalo-centrée et déplacer le regard vers des espaces jugés marginaux, où s’inventent des pratiques globales qui bouleversent l’économie du monde. On découvre alors une « autre mondialisation », vue d’en bas, du point de vue des acteurs qui la font.

Bibliographie :

Armelle Choplin and Olivier Pliez, 2018, La mondialisation des pauvres, Loin de Wall Street et de Davos, La République des Idées, Seuil.

Armelle Choplin and Olivier Pliez, « The Inconspicuous Spaces of Globalization », Articulo – Journal of Urban Research [Online], 12 | 2015

Saïd Belguidoum and Olivier Pliez, « Yiwu: The Creation of a Global Market Town in China », Articulo – Journal of Urban Research [Online], 12 | 2015

Armelle Choplin, Nora Mareï et Olivier Pliez (dir.), 2017, L’Afrique, du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Atlande.

 

Armelle Choplin est Maîtresse de conférences en géographie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et à l’École d’urbanisme de Paris. Affiliée à l’UMR PRODIG, elle est en affectation à l’IRD Bénin depuis septembre 2016 pour développer les recherches urbaines en Afrique de l’Ouest.

Olivier Pliez est géographe, directeur de recherche au CNRS (UMR LISST, Toulouse). Ses travaux portent sur les territoires et les territorialités urbains liés aux mobilités au Sahara et dans le monde arabe.