Exposition Cotonou(s), Histoire d’une ville “sans histoire”

Étrange destin que celui de Cotonou : ville surchargée d’histoire – et d’histoires -, et qui pourtant semble dénuée de mémoire, délestée du fardeau du passé. D’où l’impression d’une ville « neutre », appartenant à la fois à personne et à tout le monde. L’exposition Cotonou(s). Histoire d’une ville « sans histoire » est une invitation faite à tout habitant ou visiteur de cette ville dite « sans histoire », d’aller à la recherche des traces enfouies de son passé et de comprendre son évolution dans le temps. Elle est en accès libre et gratuit à la Fondation Zinsou de Cotonou du 02 novembre 2018 au 27 avril 2019.

Télécharger le catalogue complet de l’exposition

Visuel de l’exposition à la Fondation Zinsou de Cotonou. Fondation Zinsou, 2018

Le parcours proposé offre un regard particulier sur les traces de l’histoire de la ville, de l’époque de la traite jusqu’à la construction du marché de Dantokpa en 1963, en se concentrant plus particulièrement sur les premières phases de constitution de la ville « moderne », entre la fin du XIXe siècle et les années 1920. Croisant passé et présent, échelle micro et macro, ce travail de recherche commun interroge la destinée d’une ville : ses origines (entre les populations issues de l’intérieur des terres, de la lagune, et celles arrivées par la Mer), mais aussi les planifications urbanistiques et les modes d’être « urbains » de ses habitants, en particulier dans les quartiers périphériques et précaires.

3eme étage : Cotonou(s), visages d’une ville métisse.

Cette exposition est le résultat de la rencontre de la Fondation Zinsou avec les deux co-commissaires de l’exposition : Riccardo CIAVOLELLA, anthropologue intéressé par l’histoire, l’ethnologie et l’intégration progressive des populations locales à la ville et à la globalisation ; et Armelle CHOPLIN, géographe et urbaniste, dont les recherches portent sur l’aménagement de la ville de Cotonou et le corridor urbain qui émerge entre Abidjan et Lagos.

Cette exposition s’appuie sur un fond d’archives de documents anciens issus de la Collection Privée de la famille Zinsou (albums photographiques, carnets de voyages, revue de presse), quelques documents disponibles dans l’archive digitale Gallica de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), mais aussi sur les travaux scientifiques d’Historiens et Géographes Béninois et étrangers (cf. bibliographie catalogue). En outre, dans le but de restituer l’histoire des communautés et des habitants de Cotonou, qui dépasse et complète l’histoire souvent partielle narrée par les documents officiels, un travail de collecte de sources orales a été réalisé auprès d’habitants de Cotonou, notamment des chefs coutumiers et des chefs de certains quartiers historiques qui constituaient, par le passé, les villages « indigènes » ou « autochtones ».

Il est à noter que la plupart des traces d’archives utiles à la remémoration de l’histoire de Cotonou ont été produites, bien évidemment, par les colonisateurs ou par les voyageurs, marchands d’esclaves et commerçants européens qui les avaient précédés. Leur vision de la réalité était orientée, parfois, par une volonté de connaissance, mais souvent biaisée par les intérêts propres à la mission colonisatrice. Afin de limiter ce « biais colonial », les auteurs tentent de restituer une « histoire à parts égales », comme le dit l’historien Romain Bertrand : de voir, derrière ces documents et ceux qui les ont produits en position de domination, la multiplicité des histoires qui se croisent, ou s’affrontent, et la multiplicité des regards sur l’Histoire d’une ville en gestation.

Jeu au sol autour de l’évolution urbaine du territoire – Fondation Zinsou

L’objectif recherché est donc d’éviter de donner la voix aux seuls colonisateurs qui détenaient le pouvoir de l’image, mais bien de croiser les différentes histoires sur Cotonou qui se déroulaient en arrière-plan, et que ces images à la fois représentaient et cachaient, au-delà et parfois contre les intentions de leurs auteurs. S’il y a bien une histoire de cette ville à redécouvrir, il s’agit bien d’une histoire plurielle : tout aussi politique que populaire, du commerce international que du travail, des locaux que des étrangers, de liberté que d’exploitation.

Le catalogue tiré de l’exposition, en accès libre depuis le lien ci-dessous, rassemble tous ces fragments épars de mémoire et ces différentes sources, rendant ainsi compte de la destinée de cette ville et de la multiplicité des histoires qui s’y croisent.

L’exposition intègre également des images du présent. Redécouvrir cette ville palimpseste permet aux visiteurs, dont certains seront les artisans du Cotonou de demain, de voir la ville d’aujourd’hui à la lumière du passé et de poser quelques bases pour mieux se projeter dans l’avenir. Ici, terre, lagune et mer se rencontrent, tout comme ses habitants venus de partout. Une ville partagée, mais aussi une ville en partage. Une ville d’histoires, mais aussi une ville de l’Histoire. C’est cela Cotonou(s).

Pour aller plus loin, voir les vidéos suivantes :

(1) le Timelaspe de l’évolution de la ville de Cotonou

Timelapse de l’évolution urbaine sur le territoire. IRD, 2018

(2) Les images actuelles des quartiers historiques de la ville.

Images actuelles des “entrées historiques” du territoire. IRD, 2018
De gauche à droite, R.Ciavolella, A.Choplin, co-commissaires de l’exposition, et M.Lozivit, assistant technique. IRD, 2018