Vivre au Bord

Qu’est-ce que le projet « Vivre au Bord » ?

Ce projet est mené Le projet vise à réaliser un webdocumentaire sur un quartier précaire d’une ville côtière Ouest-africaine. Au croisement des préoccupations majeures de l’IRD et de plusieurs de ses PSIP (« Ville », « vulnérabilité des zones littorales », « Changements globaux et maladies infectieuses émergentes »), ce webdocumentaire propose de montrer les difficultés qu’elles éprouvent les populations à « vivre au bord de l’eau » dans l’une des grandes concentrations urbaines d’Afrique. Regroupant différents collègues de l’IRD et du CNRS en affectation au Bénin, ce webdocumentaire propose de mettre en image nos recherches en valorisant l’approche transdisciplinaire et en croisant les entrées : histoire et culture, aménagement et habitat, environnement, santé, nutrition.

L’objectif est de montrer tous les problèmes auxquels doivent faire face les habitants d’un quartier précaire d’une ville africaine, de les expliquer d’un point de vue scientifique et pédagogique. En donnant la parole aux habitants, il s’agit également de montrer les richesses, humaines et culturelles, que renferme ce quartier et sur lesquelles peuvent s’appuyer des projets de développement futurs.

Tournage du webdocumentaire, Lozivit, IRD 2017

Pourquoi le quartier de Ladji, Cotonou ?  

Le quartier retenu est celui de Ladji à Cotonou. Situé au cœur de la capitale économique du Bénin, à proximité de l’océan, à l’interface entre le chenal, la lagune et le lac, il fait partie des quartiers historiques de la ville, fondé au 19eme siècle par les populations de pêcheurs Xwlas et toffins occupant les bords du lac Nokoué.

Localisation du quartier de Ladji, Cotonou – Lozivit, IRD 2017

Le quartier de Ladji est cependant aujourd’hui dans une situation d’enclavement et de marginalité. Très dense, il abrite une population pauvre soumise à de nombreux problèmes : pauvreté, hygiène, santé, avec des infrastructures et des services de base défaillants (absence d’électricité, d’eau potable, de gestion des ordures, voirie impraticable), illettrisme … Peu de projets de développement urbain ou de projets sociaux s’y développent. Les populations tentent alors de s’organiser elles-mêmes pour améliorer les choses. Le tissu associatif et communautaire y est fort. Des initiatives existent, mais se heurtent au manque de moyens et à l’absence de considération des décideurs politiques.

De grands bouleversements s’annoncent par ailleurs avec la construction d’un nouveau pont et d’une voie de contournement de Cotonou devant passer en plein cœur du quartier. S’il se fait, se projet devrait entrainer des déplacements forcés et une modification en profondeur du paysage et du fonctionnement du quartier. Ladji, illustre la complexité de la société urbaine béninoise et de ses enjeux de développement actuels.

 

L’équipe de Vivre au Bord :

  • Armelle CHOPLIN, Géographe, Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne la Vallée, à l’Ecole d’Urbanisme de Paris – Affectation IRD Bénin depuis Juillet 2016 à l’Université d’Abomey-Calavi, UMR PRODIG.
  • Riccardo CIAVOLELLA, Anthropologue, chargé de recherche au CNRS et membre du IIAC/LAIOS, en mission longue durée CNRS depuis septembre 2016.
  • Gauthier DOBIGNY, chargé de recherche en biologie des populations, UMR CBGP – Affectation IRD Bénin depuis Septembre 2016 à l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC ), Département Génie de l’Environnement, Laboratoire de Recherche Biologique Appliquée
  • Alexis CHAIGNEAU, océanographe, Directeur de Recherches à l’IRD, UMR LEGOS, en affectation à l’IRD depuis le 1er septembre 2017, à l’IRHOB et à la CIPMA
  • Jean-Yves Le HESRAN, médecin, UMR MERIT (Femme enfant) – IRD Bénin en affectation au Bénin depuis avril 2017.
  • Thomas DECROS, réalisateur.
  • Martin LOZIVIT, Géographe, Volontaire international à l’IRD Bénin depuis septembre 2017. Laboratoire PRODIG – Affecté à l’Université d’Abomey-Calavi